Médiation animale

La médiation animale parfois appelée zoothérapie est une méthode qui cherche à favoriser les liens naturels qui existent entre les humains et les animaux à des fins préventives et thérapeutiques. La médiation animale ne se substitue pas à une autre thérapie : elle vient en complément des autres prises en charge. Zoothérapie Québec en donne la définition suivante (1988) : « activité qui s’exerce sous forme individuelle ou de groupe à l’aide d’un animal familier, soigneusement sélectionné et entraîné, introduit par un intervenant qualifié dans l’environnement immédiat d’une personne chez qui l’on cherche à susciter des réactions visant à maintenir ou améliorer son potentiel cognitif, physique, psychosocial et affectif ».

En autres termes, la médiation animale est la recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle homme/animal afin de maintenir ou d’améliorer un état de bien-être physique, mental et social.

graphique

La  médiation animale regroupe 2 sortes d’activités : « la thérapie facilitée par l’Animal (TFA) et l’activité assistée par l’Animal (AAA) ».

La TFA se caractérise par le fait qu’elle a le champ d’application le plus vaste puisqu’elle s’adresse à des personnes physiquement et/ou intellectuellement handicapées, des personnes âgées, des détenus, des personnes souffrant de troubles psychologiques, de la dépendance juvénile, des adolescents en difficulté, etc. La fréquence de ses séances est régulière et les objectifs sont individuels.

Les AAA, à contrario, sont des activités permettant d’améliorer la qualité de vie en augmentant la motivation et la participation aux loisirs éducatifs et récréatifs. Elles permettent à la plupart des populations concernées, de se sécuriser, de se sortir de leur mutisme, de s’épanouir et de trouver une motivation dans leur vie. Les animations sont ponctuelles et les objectifs sont collectifs.

Il est important de souligner qu’il ne peut y avoir d’activité de médiation animale s’il n’y a pas d’une part de complicité entre le désir de l’animal et son aptitude d’encourager l’être humain, et d’autre part une sensibilité pour ce dernier à l’animal qui va être utilisé dans le cadre de ses séances.